Maserati Ghibli : comparaison de deux générations

maserati-ghibli-126

Partager cet article

Sommaire

les années 1960 ont été un âge d’or pour les voitures de sport dans le monde entier, mais surtout en Italie. C’est en Italie que sont nés les chefs-d’œuvre à quatre roues, qui se vendent aujourd’hui aux enchères pour des centaines de milliers d’euros, et les collectionneurs apprécient la beauté des formes sculptées à la main par les carrossiers de l’époque, selon les plans de designers qui ont écrit des pages et des pages d’histoire de l’automobile. Pour célébrer le 100e anniversaire de Maserati, nous avons décidé de comparer une icône des années 1960, la Maserati Ghibli, avec une autre Maserati Ghibli, celle d’aujourd’hui. Nous ne pouvions certainement pas choisir des routes ordinaires pour une telle comparaison, nous avons donc emmené les deux voitures Trident dans le centre de Bologne, en commençant par la Via de’ Pepoli, où l’histoire de Maserati a commencé le 1er janvier 1914, et en poursuivant le long des routes de Bologne entre les courbes douces des collines et les tronçons de la ville.

Les protagonistes de notre comparaison étaient la Maserati Ghibli 4.7 de 1973 et la Maserati Ghibli Diesel de 2014, des voitures séparées par 41 ans d’évolution technique et stylistique, qui diffèrent radicalement en termes de performances et d’âme, puisque la Ghibli originale était un coupé 2+2 portes, tandis que la nouvelle Maserati Ghibli est une confortable berline à quatre portes. Avec la Ghibli originale, à part l’ADN du Trident, la nouvelle Ghibli a très peu en commun. La configuration a changé, la Gran Turismo a été transformée en une berline dotée de caractéristiques de confort avancées qui rendent la nouvelle Maserati Ghibli silencieuse, confortable et extrêmement facile à conduire.

Près de trente centimètres de plus caractérisent la longueur de la nouvelle Ghibli avec un poids qui, au fil des ans, entre les nouvelles réglementations en matière de sécurité et les équipements technologiques, a inévitablement augmenté, passant de 1 300 kg dans les années 60 à 1 800 kg aujourd’hui. Néanmoins, les performances des deux voitures ne sont pas si différentes, les versions les plus performantes de la première Maserati Ghibli atteignant une vitesse de pointe de près de 280 km/h et la nouvelle génération en version S 285 km/h. Le sprint de 0 à 100 km/h prend 5 secondes, contre 6,8 secondes pour l’original. Deux voitures radicalement différentes unies par leur nom et l’âme typique de chaque Maserati, des voitures qui allient performance, sportivité, luxe et confort.

Maserati Ghibli – une histoire en constante évolution

2138_10396019_1

Nous sommes à quelques mois du 50e anniversaire de la Maserati Ghibli, un modèle qui a évolué à travers trois générations différentes, chacune d’entre elles étant sensiblement différente du modèle précédent. Tout a commencé en 1966, lorsque les ingénieursGiulio Alfieri et Giorgetto Giugiaro ont conçu un nouveau coupé sportif doté d’un moteur à huit cylindres. C’est ainsi qu’est née la Maserati Ghibli, présentée au salon de l’automobile de Turin en 1966, directement par Ghia, qui a conçu la carrosserie de la voiture de sport. Le modèle a immédiatement séduit le public, Maserati produisant 1 149 exemplaires entre la 4.7 et la 4.9, et en 1970, la version actualisée de la Maserati Ghibli – le modèle que nous avons utilisé dans notre comparaison – a été lancée.

Sous le capot de notre exemplaire se trouvait un V8 de 4 719 cm3 à 90 degrés, capable de générer une impressionnante puissance de 330 ch à 5 500 tr/min. Parmi les caractéristiques particulières de ce moteur à charge atmosphérique, on trouve un double arbre à cames en tête pour chaque cylindre, qui actionne deux soupapes par cylindre. La disposition technique de la voiture est complétée par un châssis tubulaire léger avec une suspension avant à ressorts hélicoïdaux et des amortisseurs télescopiques combinés à des ressorts à lames semi-elliptiques à l’arrière. Compte tenu des performances du modèle, Maserati a équipé la Ghibli de quatre freins à disque assistés de série, qui étaient associés à une boîte de vitesses à cinq rapports ou, si le client le souhaitait, à une boîte automatique.

C’est la transmission automatique qui est la seule disponible pour la nouvelle Maserati Ghibli – une voiture conçue pour combiner, comme le premier modèle, efficacité et confort. Dans notre comparaison, nous avions la Maserati Ghibli 3.0 Diesel à 24 soupapes, disponible sur le marché italien en variantes de 250 ou 275 ch. Cette dernière version offre une accélération de 0 à 60 mph en seulement 6,3 secondes et une vitesse de pointe de 250 mph. Le châssis est une version raccourcie de la plate-forme de la Maserati Quattroporte et utilise une suspension avant à double triangle et une suspension arrière multibras. Une évolution technique distincte qui a permis à la berline d’atteindre une consommation de carburant de 5,9 litres aux 100 kilomètres sur le cycle mixte.

La Maserati Ghibli d’hier

maserati-ghibli-126

Après avoir clarifié la disposition technique des deux voitures, il est nécessaire d’analyser comment l’expérience de conduite a évolué au cours des cinquante dernières années. La première chose que vous remarquerez est certainement la facilité de conduite. La Maserati Ghibli des années 1960 est une voiture folle à bien des égards, mais elle n’est certainement pas facile à conduire. La pédale de frein est rigide et raide, il faut de la force pour appliquer le frein correctement, et l’embrayage présente des caractéristiques similaires. Il faut aussi être précis avec la boîte de vitesses, qui ne passe pas les vitesses aussi facilement que les voitures modernes, la pédale d’accélérateur est lourde, et la direction, qui, bien que notre version ait une direction assistée électrique, n’est certainement pas douce. Toutefois, ces caractéristiques ne doivent pas être considérées comme des inconvénients. Pour le véritable amateur, l’opportunité de conduire une telle voiture est un privilège rare : elle permet de ressentir toutes les sensations qu’une voiture peut donner, rapprochant encore plus le conducteur du véhicule mécanique, entre des goûts de conduite qui sont déjà impossibles à trouver dans les voitures modernes.

La tenue de route, sans être très précise, donne des sensations quasiment sans filtre et permet de comprendre immédiatement tout ce qui se passe sous les roues avant. Lorsque la pédale de droite est enfoncée, le moteur tourne rapidement, mais le conducteur doit veiller à ne pas exagérer, étant donné la grande puissance du moteur huit cylindres et l’absence totale de contrôle électronique : vous devez le traiter avec respect. La première Maserati Ghibli était en fait une voiture conduite par pur plaisir, une voiture capable de créer des sensations uniques que seules les voitures historiques peuvent créer, créant une véritable connexion entre le conducteur et la voiture qui n’existe plus aujourd’hui, entre la technologie et les systèmes de sécurité. En fait, le moteur huit cylindres est un ensemble complet et il est facile de se laisser emporter, étant donné la puissance de pas moins de 330 ch. qui s’exprime de manière plutôt linéaire et jamais abrupte.

Outre les performances pures et le plaisir de conduire, la Maserati Ghibli 1960 semblait extrêmement confortable, tant en raison du siège, qui est un véritable fauteuil doux, souple et confortable, que de la configuration, qui n’est pas trop ferme et offre en même temps à la voiture de sport une excellente maniabilité. Pour ceux qui sont habitués aux voitures modernes, le confort acoustique n’est pas bon, mais ce n’est certainement pas un aspect négatif, si l’on considère que l’habitacle est enivré par le son du moteur huit cylindres de la Modena qui alimente le capot.

La Maserati Ghibli d’aujourd’hui

800px-maserati_ghibli_-_autoshanghai_2013_01

Près de cinquante ans après le lancement de la première Ghibli, Maserati a présenté la troisième génération de la Maserati Ghibli, transformant le coupé en une berline à quatre portes tout en conservant la configuration confortable et sportive caractéristique de la première génération. A titre de comparaison, nous avions la Maserati Ghibli 3.0 Diesel en version 275 ch. – le premier moteur diesel de l’histoire du Trident, conçu pour une période historique où les voitures diesel étaient monnaie courante en Europe, surtout dans un segment comme celui des berlines haut de gamme. En plus de l’évolution du design de la nouvelle Maserati Ghibli, nous apprécions le plus grand confort acoustique avec le moteur diesel, qui est pratiquement silencieux, bien qu’il transmette quelques vibrations dans l’habitacle. Le tout est enveloppé de technologie avec un système d’infodivertissement avec navigation par satellite, des sièges à réglage électrique et l’ouverture des portes par clé à transpondeur : des accessoires impensables au dernier millénaire.

Les performances sont remarquables, le moteur 3,0 litres poussant fort et vigoureusement, en conservant presque toujours son couple grâce à la transmission automatique, qui maintient le régime moteur correct dans les différentes phases de conduite. La commande de la boîte manuelle est bonne, mais pas rapide : il y a deux palettes de très bonne qualité derrière le volant qui vous permettent de vous amuser lorsque vous voulez changer de vitesse vous-même, bien qu’elles n’aient pas une réponse exceptionnellement rapide. La stabilité est également excellente, la voiture se comporte bien dans les virages et ne montre aucun effet particulier, même si le poids n’est certainement pas le plus léger.

La chose la plus surprenante cependant est la facilité de conduite par rapport à son prédécesseur, la Maserati Ghibli 2014 se révélant vraiment facile à manier dans toutes les conditions. Une direction légère mais assez précise, des pédales souples et progressives et une transmission automatique confortable qui permet encore au moteur d’exprimer son caractère sportif. Appuyer à fond sur l’accélérateur n’est jamais un problème, compte tenu des contrôles électroniques, les virages étant corrigés par le contrôle électronique de stabilité en cas de perte de traction. Bien sûr, il s’agit d’innovations d’époque en matière de sécurité, puisque la plupart des conducteurs bénéficient du contrôle permanent des aides électroniques, mais elles ont perdu le pur plaisir de conduire que procuraient les voitures du passé. Des voitures qu’il faut respecter, savoir écouter et traiter comme de véritables bijoux. Mais le progrès est aussi comme ça : l’électronique et les nouveaux systèmes de sécurité ont sauvé des milliers de vies au fil des ans, rendant les voitures plus sûres et plus faciles à utiliser pour tous.

S'inscrire à la Newsletter

Recevez des mises à jour du blog

Quelques vieilles bagnoles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous voulez booster votre activité ?

Vous êtes un passionné de l'automobile et vous souhaitez écrire un article sur notre blog ? Discutons-en, envoyez-nous un message.

boost-ton-business
Retour haut de page

Contactez-nous

Remplissez le formulaire ci-dessous et notre équipe se fera un plaisir de vous répondre.